Lucidité du corps
De l'empirisme transcendantal en phénoménologie
Depraz
2001, 268 S, Gb, (Springer)
Bestell-Nr. 131372

109,95 EUR

Du fait de son impulsion transcendantale, l'analyse husserlienne du corps vivant et vécu entendu comme corps charnel a été congédiée par maints phénoménologues et par la plupart des exégètes de Husserl au titre de sa soi-disante incapacité à rendre compte à partir de là de la relation intime et quotidienne que nous entretenons avec nous-mêmes et avec les autreS A rebours de cette thèse largement répandue, je souhaite montrer combien la phénoménologie husserlienne contient en elle des ressources descriptive méconnues, qui libèrent l'espace d'un compte rendu détaillé de notre expérience corporelle et charnelle, tout aussi bien individuelle que communautaire, et ce, à son niveau transcendantal rigoureux. Le propos de Lucidité du corps réside dès lors dans la confrontation entre une telle analyse et les descriptions récentes des différentes dimensions du corps telles qu'elles se déploient de plus en plus dans les champs empiriques récents (neurobiologie émergente, éthologie, psychologie de l'enfant, psychopathologie, sociologie compréhensive et ethnologie), ce qui permet d'ouvrir la voie à une analyse renouvelée de notre chair en tant que dotée de ludicité plutôt que comme grevée d'opacité passive. A la différence de Merleau-Ponty, de P. Ricoeur et de J. Derrida, je maintiens fermement la contrainte transcendantale de l'expérience phénoménologique de la chair, mais, contrairement à une version de la transcendantalité formelle inspirée par l'héritage kantien, je revendique la possibilité d'un empirisme transcendantal à titre de cadre philosophique pour la démarche phénoménologique.
 

Bestellen


Kommentare (0)

Ihr Kommentar

 Vorab bitten wir Sie, diese kleine Aufgabe zu lösen: 6 x 2 = 


Netiquette