La nature de la connaissance scientifique
L'épistémologie meyersonienne face à la critique de Gaston Bachelard
Wetshingolo, Ndjate L
1996, 352 S, Pb, (Lang)
Bestell-Nr. 141995

79,40 EUR

Le question du réalisme de la connaissance scientifique est parmi celles des plus importantes à avoir dominé la philosophie des sciences de la nature, en France, dès la fin du 19e siècle et dans la première moitié du 20e siècle. Des grandes figures de la philosophie des sciences de ce milieu culturel, comme C. Bernard, A. Comte, H. Poincaré, P. Duhem, A. Rey, L. Brunschvicg, E. Meyerson, A. Lalande, A. Poirier, G. Bachelard, J. Cavaillès et bien d'autres ont tous réservé quelques chapitres de leurs oeuvres à l'effort de détermination: 1) du rapport entre savoir scientifique et savoir métaphysique; 2) du rapport entre savoir scientifique et celui du sens commun; 3) du principe responsable du dynamisme ou de la croissance du savoir scientifique; 4) du fondement de l'unité/pluralité de la connaissance scientifique, etc. Le présent livre essaie d'approfondir les apports de deux des épistémologues susmentionnés: Meyerson et Bachelard, la théorie épistémologique du second étant, comme on le sait, une attaque ouverte de celle du premier. Le livre analyse l'aspect conflictuel des deux théories, souligne les points de convergence et de divergence tout en mettant en exergue les présupposés qui donnent sens à chacun des points de vue. Bien plus, il montre aussi que la complémentarité entre les deux théories est non seulement possible mais souhaitable afin de sauver l'une et l'autre du risque de demeurer dans une conception réductionniste des sciences de la nature.
 

Bestellen


Kommentare (0)

Ihr Kommentar

 Vorab bitten wir Sie, diese kleine Aufgabe zu lösen: 5 + 2 = 


Netiquette