Spinoza et l'approche éthique du problème de la libération
Critique du théologico-politique
Bolduc, Carl R.
2009, 386 S, Gb, (Olms)
Bestell-Nr. 147296

49,80 EUR

Dans le Tractatus Theologico-Politicus, le projet de Spinoza d'une revalorisation éthique de l'homme porte sur la liberté de philosopher (libertas philosophandi) et, par extension, la liberté de penser et de s'exprimer pour tous les hommes ; cette liberté constitue l'un des éléments ou matériaux naturels à partir desquels la vie sociale se forme rationnellement. Toute la question va alors consister, pour Spinoza, à déterminer comment rendre la liberté à l'individu humain et montrer jusqu'où cette liberté peut s'étendre pour chaque individu dans la meilleure république. Spinoza a recours à une critique de la religion qui sépare définitivement la révélation scripturaire de la connaissance rationnelle et prône la reconnaissance de deux domaines respectifs de compétence et de responsabilité, qui repose sur le diagnostic d'une pathologie de la religion révélée dans sa prétention au pouvoir théologico-politique. Pour que s'ouvre une vision d'une politique universelle garantissant la liberté de la philosophie et de la science ainsi que le droit de chacun d'exprimer ses opinions, même religieuses, Spinoza développe une théorie « herméneutique » de l'Écriture sainte et renouvelle la méditation sur l'histoire providentielle du peuple juif, qu'il considère comme un paradigme politique et religieux pour les nations chrétiennes. Ces différents aspects de la philosophie de Spinoza s'inscrivent dans une recherche sur l'amélioration de l'ordre humain à la lumière de notre contemplation active de l'ordre éternel.
 
Carl R. Bolduc, Docteur en philosophie, lettres et arts de l'Université Charles-de-Gaulle - Lille III, est actuellement chercheur post-doctoral à l'Université du Luxembourg et à l'École des hautes études en sciences sociales à Paris.
 

Bestellen


Kommentare (0)

Ihr Kommentar

 Vorab bitten wir Sie, diese kleine Aufgabe zu lösen: 10 + 1 = 


Netiquette